Prendre le temps pour lâcher prise et accepter.

Yoga Montreal BlogAujourd’hui pendant le cours que j’ai enseigné, on a vraiment pris le temps de « se déposer». Je me rappelle la première fois que je l’ai vraiment expérimenté. C’était il y a un an au Népal, je suis allée pour trois mois étudier, j’ai voulu prendre le plus de temps possible pour pouvoir intégrer la formation. J’aurais pu prendre 4 semaines ou 6 semaines, mais 3 mois c’était parfait!

C’est un pays qui m’a appris beaucoup des choses (vous avez déjà lu peut-être mes textes, voir : blog ou notes yogasanteplus), mais après un an, je peux aussi dire qu’il m’a appris à me déposer. On veut faire tout vite, très vite. Être formé très vite, manger vite, courir vite, vivre en vitesse. Même quand les personnes font du yoga, ils ont de la misère à se déposer, ils veulent aller plus vite, plus de vinyasa, plus de saut, plus de contorsion et ne font qu’une courte relaxation.

C’était un voyage d’immersion total, en 3 mois j’ai parlé à des touristes une seule fois,je n’avais pas le besoin et le destin avait autre chose pour moi. La vie m’a permis de me déposer chez la famille de mon amie népalaise, les voir vivre et vivre avec eux, leur culture est tellement riche. Prendre le temps de cuisiner avec eux, de parler du temps du conflit politique et de voir les ravages que cela a faits, commencer à préparer le mariage de mon amie, rencontrer les voisins et se rendre compte que là-bas aussi existe la violence conjugale, le trafic des enfants, inceste, etc.

C’est un pays avec tellement de rituels (lire texte sur rituel), les voir vivre dès le petit matin jusqu’au soir,  les imiter,eux rires et ensemble avoir du plaisir. J’ai eu l’opportunité de me déposer sur le trottoir et rester des heures assises avec des Népalais (surtout des hommes) et observer tout, même les touristes. Être amis des vendeurs sur la rue, me déposer là quelque temps et les écouter me rencontrer leur histoire, leurs vies, leurs villages, ça n’a pas de pris. Tous les matins, je prenais le temps de dire Namaste et d’échanger quelques phrases avec les commerçants que j’ai côtoyés sur mon chemin.

Avoir eu l’opportunité de me déposer quelques fois chez le maître et l’entendre me raconter l’histoire sur son enfance, sa famille, son village, son mariage et sa vie présente et surtout me déposer suffisamment pour le voir vivre avec sa femme.

Une des beaucoup des choses que je retiens de ce peuple magnifique après trois mois d’immersion, c’est leur capacité d’acceptation peu importe ce qu’ils vivent.Accepter les choses telles quelles sont, sans oublier qu’ils prennent le temps,ils se déposent pour dire merci à Dieu lors des pujas les matins, pour manger,même lors de la mort d’un proche, ils se déposent pour un minimum de 10 jours pour un rituel. Ils prennent le temps!

Se déposer nous amène vers le lâcher-prise et vers une plus grande ouverture d’esprit et celui-ci vers l’acceptation. Alors, prenons le temps nous aussi et acceptons les choses telles quelles sont, profitez de chaque instant et déposez-vous.Prenez le temps de prendre vos enfants dans vos bras, de passer du temps seul,de donner un câlin à votre conjoint (e), d’écouter la nature, de respirer, de vivre simplement. Même, pour voir clair et prendre une décision laissez les choses se déposer.

Swami Saranyananda

 

Comments are closed.